visuel la lauzeta FR

Agen

 

 

Agen_en_1872Capitale du pays qui porte son nom (l'Agenais) et de la Moyenne-Garonne, Agen est située aux confins de la Gascogne et du Languedoc. Même si la ville d'Agen, bâtie sur la rive droite de la Garonne, se trouve en pays languedocien, une partie de son agglomération (dont le Passage d'Agen) s'étend sur la rive gauche, donc théoriquement en domaine gascon.

Bâtie sur un site d'occupation plurimillénaire, Agen oscille depuis des siècles entre les deux grandes métropoles de l'Occitanie occidentale, distantes toutes deux d'une centaine de kilomètres : Bordeaux et Toulouse. Bien que rattachée administrativement à Bordeaux, Agen semble posséder davantage d'affinités avec le pays toulousain.

Cœur d'une terre agricole, riche et fertile, arrosée par Region_dAgen_copyright_La_Lauzetala Garonne et ses affluents comme le Gers et la Baïse, Agen a toutefois été un pôle commercial et économique dynamique, permettant une vie culturelle extrêmement présente et suivie au cours des siècles – avec une Académie des Belles-Lettres – fait à signaler pour une agglomération de cette taille, à mi-chemin entre deux métropoles. L'occitan, toujours parlé, compris et aimé dans la cité garonnaise, n'a jamais cessé non plus d'être écrit et imprimé. Textes satiriques, noëls et même pièces de théâtre sont sortis des presses agenaises entre le XVIe et le XVIIIe siècle, avant que n'arrive Jasmin, après lequel plus rien ne devait être comme avant.

De la place des Laitiers à la porte du Pin, d'Armandie – temple de l'identité agenaise – au côteau de l'Hermitage, la langue occitane continue de courir les rues. Elle n'est pas près de se taire.

 

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre navigation sur le site