visuel la lauzeta FR

Le Quercy

 

 

La province du Quercy est au centre de l’Occitanie. En plein cœur de la zone de parler languedocien, on y trouve, du Sud au Nord, un important gradient de dialectes et sous-dialectes, allant du languedocien classique au nord-languedocien. Le Quercy, organisé autour des villes de Cahors – qui lui donne son nom – Montauban, Gourdon, Souillac, Moissac, Rocamadour, s’étend sur les actuels départements du Lot, du Tarn-et-Garonne, une petite partie de la Dordogne et de l’Aveyron. Le pays se trouvait au Moyen-Âge sur une zone limitrophe entre les terres du puissant comté de Toulouse – auquel il était officiellement rattaché – et l’Aquitaine des rois-ducs à l’Ouest.

Revendiqué par le royaume de France aux XIIIe et XIVe siècles, le Quercy est durement touché par la Croisade Albigeoise, puis devient le théâtre d’affrontements pour son contrôle, entre les rois-ducs d’Aquitaine et les rois de France, qui achèvent son rattachement définitif entre la fin du XIVe et la fin du XVe siècle.

On distingue traditionnellement le Haut et le Bas-Quercy.

Panorama_depuis_Rocamadour_Copyright_La_Lauzeta• Le Haut-Quercy, autour de Cahors, est un pays de causses et de plateaux calcaires. Il se compose des vallées de la Dordogne et du Lot, des pays de Bouriague, de Limargue et du Châtaignal. La région de causses qui s’étend au Sud-Ouest de Cahors, vers Lalbenque et Montpezat-du-Quarcy, est également appelée le Quercy blanc. Le prestigieux vignoble de Cahors confère à la région une renommée mondiale.

• Le Bas-Quercy, autour de Montauban et Moissac, annonce la plaine alluviale de la Garonne et le pays toulousain, avec des vallonnements calcaires, où alternent cultures et élevage, qui s’applanissent au fur et à mesure que l’on se rapproche de la Garonne.

A l’ouest de Cahors, les plaines où voisinent landes et forêts annoncent le Périgord blanc, tandis qu’à l’est, le relief austère annonce les hauts-plateaux du Rouergue et le Ségala.

Le Quercy est un pays varié sur le plan du climat, de la topographie et de la végétation. On y trouve de l’élevage, de vastes espaces agricoles (Bas-Quercy) mais aussi de profondes forêts de chênes (pédonculé, vert, liège…), de châtaigniers et autres feuillus. Au Sud, dans la plaine toulousaine, c’est la polyculture qui domine, alternant avec des zones forestières (forêt de Montech).

Le Parc Naturel des Causses du Quercy a été créé en 1999. Il recouvre la Limargue, les causses du Haut-Quercy et les vallées de la Dordogne et du Lot. On y trouve une quantité d’espèces protégées ou rares, tant dans la faune (rares espèces de chauves-souris, faucons pèlerins, grands-ducs, lézard oscellé et de petits échassiers comme l’oedicnème criard) que la flore, avec plusieurs variétés d’orchidées sauvages, de narcisses et de petites fougères.

 

 

 

 

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre navigation sur le site